پزشکی زنان

از ویکی‌پدیا، دانشنامهٔ آزاد
پرش به: ناوبری، جستجو
فارسی français
1822

پزشکی زنان یا بیماریهای زنان و زایمان، یکی از رشته‌های تخصصی پزشکی می‌باشد. تشخیص و درمان بیماریهای زنان مانند قاعدگی دردناک، اختلالات قاعدگی، سرطانهای رحم، سرطان تخمدان، سرطان گردن رحم، سرطان واژن، نزدیکی دردناک، کیست تخمدان، پیچ خوردگی تخمدان، عفونت دستگاه تناسلی (واژینیت) و ... در این رشته مورد بحث قرار می‌گیرند. همچنین حاملگی، سیر و کنترل آن و انجام زایمان طبیعی یا سزارین و عوارض آن نیز در این بخش قرار دارند. بیماریهایی مانند اکلامپسی و پره اکلامپسی، حاملگی نابجا، تهدید به سقط، جداشدن جفت، زایمان دشوار و ...

منابع[ویرایش]

سیسیل مبانی طب داخلی. تهران


Le sentiment de honte associé à l'examen des muliebra a longtemps handicapé la gynécologie. Ce dessin de Jacques-Pierre Maygnier date de 1822 et montre une procédure de « compromis », dans laquelle le médecin se met à genoux devant la femme, mais ne peut pas regarder ses organes génitaux.

La gynécologie Composé de gynéco- (du grec ancien γυνή, gyné, « femme ») et de -logie (λόγος, logos, « discours ») (étymologiquement science, étude de la femme) est une spécialité médico-chirurgicale qui s'occupe de la physiologie et des affections du système génital de la femme. Le médecin spécialisé pratiquant la gynécologie s'appelle un gynécologue. La spécialité des aspects médicaux pour les hommes s'appelle quant à elle l'andrologie.

L'appareil génital

C'est l'ensemble des organes sexuels qui incluent les fonctions de l'insémination, de la fertilisation, de la gestation et de la parturition (accouchement naturel).

Voir article Appareil reproducteur : vulve, clitoris, grandes lèvres, petites lèvres, vagin, utérus, trompe de Fallope, ovaires, glandes de Skene, glande de Bartholin.

Moyens d'exploration

Examen

La gynécologie est une spécialité médicale. Dans la plupart des pays, les femmes doivent consulter un généraliste. Si les circonstances exigent des connaissances ou un équipement dont ce dernier ne dispose pas, elles sont dirigées vers un gynécologue. Cependant, aux États-Unis, la loi et beaucoup de sociétés d'assurance-maladie permettent aux gynécologues d'examiner en médecine générale.

Les principaux instruments de diagnostic sont l'histoire clinique et l'examen. L'examen gynécologique a ceci de spécial qu'étant tout à fait intime il implique un instrument spécial : le spéculum. Ce dernier consiste en deux lames à charnière en métal poli, qui est employé pour ouvrir le vagin et permettre l'examen du cervix uteri. Les gynécologues peuvent aussi procéder un examen à deux mains (une main sur l'abdomen, deux doigts dans le vagin), pour palper l'utérus et les ovaires. Ils peuvent être amenés à faire un examen rectal. Des gynécologues hommes ont souvent une assistante féminine (une infirmière ou une étudiante en médecine) pour ce genre d'examen.[réf. nécessaire] Des ultrasons abdominaux s'emploient normalement pour confirmer l'examen à deux mains.

L'examen systématique des seins et du pelvis, conditionnant souvent la prescription d'un contraceptif, est actuellement une pratique courante aux États-Unis, au Japon et dans certains pays d'Europe malgré sa remise en cause par l'OMS[1].

Utérus

  • Échographie : toujours possible, indolore et non irradiante, peut être par voie endovaginale (surtout pour l'étude du col utérin) ou pelvienne, elle est particulièrement utile pendant la grossesse, pour surveiller la croissance, la morphologie, la présentation du bébé.
  • IRM : moins disponible que l'échographie, l'IRM donne des images de grandes qualité, surtout dans la recherche de fibromes et pour certains cancers.
  • Hystérographie : examen peu irradiant, indolore (dans la plupart des cas...), présentant un risque infectieux, permettant d'étudier la cavité utérine (de moins en moins utilisé, indiqué surtout dans le cadre d'un bilan d'infertilité)
  • Scanner : irradiant, indolore et rapide, il étudie les pathologies générales, ou en cas d'incertitude diagnostique.
  • Hystéroscopie : examen effectué au cabinet ou sous anesthésie générale, permettant de voir la cavité utérine et de réaliser des biopsies dirigées, utile pour le diagnostic de cancer de l'endomètre.

Vagin et cervix

L'examen gynécologique du vagin et du col comprend deux étapes :

  • le toucher vaginal à la recherche d'une douleur, d'un polype, d'une lésion cervicale;
  • la pose du spéculum appréciant le col et le vagin, recherchant une leucorrhée, des saignements, des lésions, et permettant le frottis cervico-vaginal.

Pathologies gynécologiques

Troubles des règles

  • Hypo ou hyper-ménorrhée : troubles de la durée (ET de fréquence, suivant les acceptations)
  • Oligo ou polyménorrhée : troubles de la quantité
  • Trouble de la fréquence :
    • Pollakiménorrhée, inférieure à 24 jours
    • Spanioménorrhée, supérieure à 35 jours
  • Ménorragie : règles longues et abondantes (ET fréquentes, suivant les acceptations)
  • Métrorragie : hémorragie en dehors des règles
  • Métro-ménorragie : saignement perpétuel.
  • Dysménorrhée : ce terme désigne la difficulté de l'écoulement des règles. Mais on désigne surtout par ce mot les règles douloureuses (le terme algoménorrhée serait plus exact).
  • Aménorrhée : absence de règles pendant au moins 3 mois en dehors de la grossesse.
    • Primaire : chez une femme de plus de 18 ans n'ayant jamais eu ses règles.
    • Secondaire : chez une femme ayant déjà eu ses règles.

Troubles de la ménopause

Article détaillé : Ménopause.
  • troubles des règles (irrégulières, abondantes)
  • prise de poids
  • troubles circulatoires
  • bouffée de chaleur
  • troubles psychiatriques
  • sécheresse des muqueuses
  • pilosité
  • atrophie glandulaire du sein
  • ostéoporose
  • risque coronarien et cardiaque

Pathologies de l'utérus

  • Fibrome : tumeur bénigne du muscle utérin
  • Polype : excroissance, formation bénigne associée à un risque d'apparition de cancer
  • Malformations :

Pathologies du col

  • Cervicite : inflammation et infection parasitaire, microbienne ou virale se déclarant par des leucorrhées (écoulements non sanguins)
  • Ectropion

Pathologies des ovaires

  • Kyste :
    • organique
    • fonctionnel

Pathologies du vagin et de la vulve

  • Malformations :
    • petites lèvres collées (coalescence)
    • vagin cloisonné
  • Infections :
    • Mycoses
    • traumatismes obstétriques

Prolapsus

Le prolapsus est une défaillance des structures de soutien pelviennes et périnéales. Cette pathologie est favorisée par un accouchement long ou difficile, une atrophie musculaire, un amaigrissement, une hypoactivité, une malformation congénitale etc.

  • il ne présente pas de signes cliniques spécifiques mais peut se traduire par une symptomatologie variée qui peut changer d'une patiente à une autre :
    • rares douleurs mais plutôt une pesanteur ou un inconfort local
    • dyspareunie occasionnelle
    • troubles urinaires variés (incontinence voire au contraire dysurie, pollakiurie, infections urinaires à répétition)
    • troubles digestifs (constipation terminale)
    • troubles liés à l'extériosation (tuméfaction ou "boule" à l'entrée du vagin, saignement induit par les ulcérations mécaniques créées par le frottement...)

Endométriose

L'endométriose est une localisation hors de la cavité utérine de cellules de l'endomètre ayant les mêmes caractéristiques morphologiques et fonctionnels. De nombreuses théories ont été proposées, mais aucune n'a encore été prouvée.

Cancers gynécologiques

La gynécologie en France

En France, depuis 2003, il existe 2 spécialités distinctes sur le domaine : La gynécologie médicale, s'occupant de toutes les pathologies gynécologiques et mammaires, endocriniennes, cancéreuses, fonctionnelles... et également du suivi gynécologique classique

La gynécologie-obstétrique, s'occupant de toutes les grossesses pathologiques, des accouchements pathologiques et de la prise en charge chirurgicale des pathologies gynécologiques (notamment cancéreuses), et également du suivi obstétrical classique

Depuis 2003, le nombre d'internes des 2 Spécialités (DES) a évolué : de 20 à 30 par an pour la GM et de 150 à 200 par an pour la GO.

La gynécologie aborde tous les aspects de la vie des femmes, non seulement la pathologie médicale et/ou chirurgicale, mais également la physiologie "normale" telles la contraception, la ménopause, la sexualité. En juillet 2009, la réforme dite "Hôpital, Patients, Santé, Territoires", a donné la possibilité aux sages-femmes de réaliser des consultations de gynécologie préventive et de prescription de contraception. Cette profession médicale, spécialiste des femmes, peut désormais assurer le suivi gynécologique de prévention de toutes les femmes en bonne santé.

Notes et références

Loi dite "HPST" ou Bachelot du 21 juillet 2009,

Code de la Santé Publique, Partie réglementaire, Quatrième partie, Livre Ie, Titre V, chapitre I, Articles L.4151-1 à L.4151-9 (conditions d'exercice de la profession de sage-femme)

Annexes

Articles connexes

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :